Lectures bibliques du Jour

Vendredi 25 Septembre 2020

(Année liturgique 2019-2020 : A)

  • 25e vendredi ordinaire

Première Lecture :
≡ Qohélet 3 1–11
Psaume :
≡ Psaume 144 1–4
Évangile :
≡ Luc 9 18–22

Office (Vendredi 1e semaine) (numérotation des Psaumes selon l’hébreu)

Lectures :
≡ Psaume 35 1–2, 9–10 ≡ Psaume 35 11–16 ≡ Psaume 35 17–18, 27–28
Matin :
≡ Psaume 95 ≡ Psaume 51 ≡ Isaïe 45 15–25 ≡ Psaume 100 ≡ Benedictus
Jour :
≡ Psaume 119 25–32 ≡ Psaume 26 ≡ Psaume 28 1–3, 6–9
Soir :
≡ Psaume 41 ≡ Psaume 46 ≡ Apocalypse 15 3–4 ≡ Magnificat
Complies :
≡ Psaume 90 ≡ Nunc dimittis

Prière du matin

Seigneur Jésus, nous reconnaissons en toi le Christ. Aide-nous à comprendre ce que cette affirmation veut dire. Puissions-nous parler en vérité de toi comme Sauveur dans le monde d’aujourd’hui, et là où nous sommes. Donne-nous le courage de porter notre croix avec toi afin que nous ayons part à l’espérance de ta vie nouvelle.

Nouvelle-Guinée

Homélie

Quand Jésus demande : Pour les foules, qui suis-je ? (Luc 9 18), c’est la réponse de Pierre qui dévoile la vérité. Et aussitôt, Jésus prescrit, commande et ordonne de ne le dire à personne. « Je suis la Vérité » ne veut-il pas que cela se sache ?

Le problème n’est pas la vérité, mais le cœur et l’intelligence de ceux qui entendraient ces paroles. Ce que Pierre dit avec ses mots et l’image mentale qu’il a dans le cœur, ne correspondent pas à la Vérité qui ferait connaître la réalité de la personne de Jésus. Les mots de Pierre donnent une vision faussée, déformée, de la Vérité qu’ils auraient dû révéler. Mentalement, Pierre avait une claire vision de ce que le Christ, le Messie de Dieu (Luc 9 20) était et représentait. Mais ce n’était pas là la Vérité. Pierre n’était pas en mesure d’imaginer un messie souffrant, rejeté et mis à mort.

Cet échange entre Jésus et ses disciples nous invite à examiner nos « vérités » à nous, particulièrement lorsqu’elles sont confrontées à la Vérité. Il nous faut avoir un cœur ouvert, à la fois un cœur ferme dans ses convictions vis-à-vis de cette Vérité, et en même temps un cœur petit et pauvre lorsque nous l’annonçons aux autres.

Nouvelle-Guinée

Prière du soir

Dieu miséricordieux, par amour pour nous, tu nous as envoyé ton Fils qui s’est offert et a connu la mort pour que sa vie éternelle nous soit donnée en héritage. Tu l’as appelé à former un corps, l’Église. Si nous, qui sommes membres de son corps, devons participer à sa Résurrection, nous devons aussi partager sa souffrance, son agonie et sa mort. Comble donc l’Église de cet amour qui lui permit d’assumer la mort par laquelle nous parvenons à la vie.

Nouvelle-Guinée

 

(Missel Kephas, Éditions du Jubilé)