Lectures bibliques du Jour

Jeudi 21 Janvier 2021

(Année liturgique 2020-2021 : B)

  • 2e jeudi ordinaire

Première Lecture :
≡ Hébreux 7 25—8 6
Psaume :
≡ Psaume 40 7–10, 17
Évangile :
≡ Marc 3 7–12
  • Ste Agnès, vierge et martyre (†~305)

Première Lecture :
≡ Apocalypse 7 9–17
Psaume :
≡ Psaume 23
Évangile :
≡ Matthieu 10 34–39

Office (Jeudi 2e semaine) (numérotation des Psaumes selon l’hébreu)

Lectures :
≡ Psaume 44 2–9 ≡ Psaume 44 10–17 ≡ Psaume 44 18–27
Matin :
≡ Psaume 95 ≡ Psaume 80 ≡ Isaïe 12 1–6 ≡ Psaume 81 ≡ Benedictus
Jour :
≡ Psaume 119 65–72 ≡ Psaume 56 ≡ Psaume 57
Soir :
≡ Psaume 72 1–11 ≡ Psaume 72 12–19 ≡ Apocalypse 11 17–18;12 10–12 ≡ Magnificat
Complies :
≡ Psaume 16 ≡ Nunc dimittis

Prière du matin

Dès l’aurore, nous voici à ta recherche, Seigneur. Comme les foules de Palestine, nous voulons te voir, te toucher, te saisir, pour que tu nous guérisses de nos blessures, de nos infirmités, de nos péchés. Puissions-nous, en ce jour qui commence, bénéficier pleinement de ta miséricorde et de ton pardon, pour servir nos frères d’un cœur libre et sincère. Donne-nous d’entrer en contact vivant avec toi et de discerner ta présence agissante dans les personnes, les événements et les sacrements. Inspire-nous de toujours te chercher en toutes choses, et de marcher joyeux à ta suite.

Côte d’Ivoire

Homélie

Pourquoi les esprits impurs ont-ils proclamé que Jésus était le Fils de Dieu, alors que les foules qui le suppliaient de les guérir en leur imposant les mains ne le faisaient pas ? Peut-être parce qu’ils voulaient compromettre la mission messianique du Seigneur en révélant son identité à des ennemis comme les Scribes et les Pharisiens. D’autre part, les foules se pressaient autour de Jésus justement parce qu’elles voulaient bénéficier de sa mission qui comportait, elles le savaient, des guérisons de toutes sortes. Les esprits mauvais reconnaissaient Notre Seigneur, mais leur cœur lui était hostile. Les foules ne disaient rien, mais leurs actes parlaient plus fort que des mots et apportaient la preuve d’une profession de foi sincère, profonde, en Jésus, comme Fils de Dieu et Messie. Savoir que Jésus est Fils de Dieu ne suffit pas, car même les démons peuvent avoir aussi cette connaissance : nous, nous sommes plutôt appelés à avoir une connaissance intime du Fils de Dieu, ainsi qu’une relation d’amour avec lui, car, par le baptême, nous sommes devenus fils de Dieu dans le Fils.

U.S.A.

Prière du soir

Dans le calme du soir, laisse-moi t’invoquer, Seigneur, et te crier ma foi : « Tu es le Fils de Dieu ! » Oui, c’est toi qui m’inspires de te prier en vérité. C’est ton Esprit qui me souffle ce cri de joie et de confiance. Que les esprits mauvais ne troublent point ma foi et ne se mêlent point à ma prière. Je le sais, tu es vraiment le Fils de Dieu, et je te rends grâce d’être venu dans notre chair pour faire de nous des enfants de Dieu. Grâce à ta mort et à ta Résurrection, grâce au don de ton Esprit, nous pouvons désormais dire avec toi, après toi, et en toute confiance : Abba, Père ! (Romains 8 15).

Seigneur Jésus, Fils du Dieu vivant, merci de nous avoir donné un Père, merci d’être devenu notre frère. Fais que je trouve ma joie à faire la volonté du Père qui est aux cieux, et à aimer les autres comme moi-même, comme toi-même, comme des frères.

Côte d’Ivoire

Sainte Agnès, vierge et martyre
Mémoire

Agnès a vraisemblablement subi le martyre dans les derniers mois de la persécution de Dioclétien (305). Les documents anciens se contredisent sur les modalités de son martyre, mais tous s’accordent sur le jeune âge d’Agnès qui pouvait avoir entre 12 et 15 ans et sur sa détermination à confesser sa foi devant les autorités de l’Empire, hostiles au christianisme. Agnès — Agneau, la proximité de ces deux mots a été une source d’inspiration pour les écrivains ou les artistes qui se sont penchés sur son martyre. Comme l’Agneau de Dieu, Agnès s’est offerte librement : « Ô Père, je viens à toi, que j’ai aimé, que j’ai cherché, que j’ai toujours désiré » (Antienne du Magnificat, Vêpres de Sainte Agnès).

En elle, l’Église nous invite à reconnaître la puissance du Christ qui se déploie dans la faiblesse.

De nombreux documents attestent que son culte s’est très rapidement répandu en Afrique, en Gaule et en Germanie. Dès le milieu du IVe siècle, une basilique d’élève sur son tombeau. Citée au canon romain de la Messe, Agnès figure parmi les saints protecteurs de la ville de Rome aux côtés de Pierre, Paul et Laurent.

 

(Missel Kephas, Éditions du Jubilé)