Lectures bibliques du Jour

Mercredi 26 Février 2020

(Année liturgique 2019-2020 : A)

  • Mercredi des Cendres

Première Lecture :
≡ Joël 2 12–18
Psaume :
≡ Psaume 51 3–6, 12–14, 17
Deuxième Lecture :
≡ 2·Corinthiens 5 20—6 2
Évangile :
≡ Matthieu 6 1–6, 16–18

Office (Mercredi 4e semaine) (numérotation des Psaumes selon l’hébreu)

Lectures :
≡ Psaume 103 1–7 ≡ Psaume 103 8–16 ≡ Psaume 103 17–22
Matin :
≡ Psaume 95 ≡ Psaume 108 ≡ Isaïe 61 10—62 5 ≡ Psaume 144 ≡ Benedictus
Jour :
≡ Psaume 119 145–152 ≡ Psaume 94 1–11 ≡ Psaume 94 12–23
Soir :
≡ Psaume 139 1–12 ≡ Psaume 139 13–24 ≡ Colossiens 1 12–20 ≡ Magnificat
Complies :
≡ Psaume 31 ≡ Psaume 130 ≡ Nunc dimittis

CARÊME

Le latin Quadragesima, le quarantième (jour) a servi à désigner la période de préparation à la fête de Pâques ; il a donné Quaresima en latin populaire et carême en français ; c’est la période de quarante jours (quarante six jours exactement) qui s’étend du mercredi des Cendres au dimanche de Pâques. En effet, les quarante jours étaient comptés d’abord du premier dimanche de Carême au soir du Jeudi saint, après quoi on entrait dans le triduum des célébrations pascales ; puis, pour se conformer au jeûne de quarante jours du Christ sur le mont de la quarantaine, après son baptême, on ajouta quatre jours avant le premier dimanche afin d’avoir le nombre complet de jours de jeûne avant Pâques (les dimanches en effet ne sont jamais jours de jeûne).

Le modèle du Carême est donc la retraite de Jésus au désert, qui avait eu pour réalité d’attente (préfiguration) sous l’Ancien Testament, le jeûne de Moïse sur le Sinaï avant la conclusion de la première Alliance et la marche d’Élie dans le désert vers l’Horeb, où Yahvé se manifesta à lui. C’est donc un temps de préparation dans la prière et la pénitence, le recueillement et une certaine solitude, accompagnés d’une ascèse, qui est proposé à tout chrétien pour mieux célébrer la grande fête de sa naissance chrétienne dans le baptême qu’est la fête de la Résurrection du Christ. Le jeûne a été considérablement réduit par l’Église, ainsi que la mesure de l’abstinence, mais tous les chrétiens sont tenus de faire pénitence et de faire bénéficier les plus pauvres de ce dont ils se privent volontairement eux-mêmes (l’aumône est un complément du jeûne, mais aussi une suppléance de celui-ci). La liturgie du Carême est un temps de préparation directe au baptême pour les catéchumènes et ceux qui les accompagnent dans leur cheminement (c’est-à-dire toute l’Église qui forme un seul corps) et un temps de méditation sur le grand don qu’il constitue ; durant la Veillée pascale, tous seront invités à renouveler les promesses de leur baptême ; mais à mesure qu’approche le temps des solennités pascales, la pensée des chrétiens s’oriente davantage vers la Passion du Christ à laquelle ils doivent nécessairement participer dans leur vie. Au milieu du Carême, il y a une pause, le dimanche de « Lætare », comme pour reprendre souffle dans une période féconde et exigeante, mais où la nature demande parfois grâce.

Prière du matin

Seigneur, notre Dieu, nous reconnaissons ton infinie grandeur et ressentons terriblement notre petitesse et notre difficulté à réfréner notre égoïsme. Ton Église nous a réservé ce temps béni où nous pourrons demander ton pardon avec toute l’ardeur, tout l’amour et tout le repentir de nos cœurs : Revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les pleurs et les cris de deuil (Joël 2 12). Avec ce jour, commence aussi le temps où ta main s’offre à nous avec cette tendresse que seul un Dieu-Père peut avoir et montrer à nous tous, ses fils bien-aimés. Fais qu’en ce Carême, chacun de nous chemine vers toi d’un pas ferme et décidé, pour arriver à Pâques le cœur ressuscité, tout à la joie du pardon.

Brésil

Homélie

Il existe une différence fondamentale entre les disciples du Christ et les adeptes des nombreux courants de pensée du monde. Les disciples de Jésus recherchent la gloire de Dieu alors que les autres veulent leur propre gloire. Le Maître a prévenu ceux qui le suivaient : Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour vous faire remarquer d’eux (Matthieu 6 1). L’éphémère et mesquin plaisir de la vanité, tant recherchée par l’homme, est vraiment néant. Au commencement du monde, l’homme s’est laissé entraîner par la tentation d’être comme Dieu et a été écarté du Paradis avec cet avertissement : Tu es glaise et tu retourneras à la glaise (Genèse 3 19). Quand viendra la plénitude des temps, le Fils de Dieu rappellera de nouveau, à plusieurs reprises, que c’est le Père qui nous donnera sa récompense. Il voit même ce qui est caché. Aussi, ma vie doit-elle manifester la gloire du Père et non la mienne. Donc, quand il s’agit de la gloire du Père, je peux et dois vouloir que les autres lui rendent gloire avec moi ou qu’ils soient stimulés par mon bon exemple. Ce n’est pas œuvrer pour moi, mais pour lui. Moi, je ne suis que glaise et cendre. Aujourd’hui, nous nous souvenons bien de cette vérité, mais soyons cette cendre qui, par sa grâce, fera étinceler aux yeux des autres la gloire éclatante du Seigneur afin qu’ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux (Matthieu 5 16).

Brésil

Prière du soir

Seigneur, mon Dieu, tu m’as donné un jour de plus et la grâce de commencer un nouveau temps de Carême : Le voici maintenant le moment favorable, le voici maintenant le jour du salut (2·Corinthiens 6 2). Avant que mes yeux ne se ferment sur ce jour que tu m’as donné, je voudrais avoir la joie de te dire une fois de plus un merci sincère et en même temps te demander pardon de ne pas avoir été un meilleur fils. Je te demande avec ferveur, que ta grâce me permette d’être demain le fils que tout bon fils désire être, pour le meilleur des pères. Aujourd’hui, je me suis souvenu que je ne suis que cendre mais, malgré cela, l’Apôtre m’a rappelé que je suis coopérateur de Dieu (2·Corinthiens 6 1).

Brésil

 

(Missel Kephas, Éditions du Jubilé)